les accessoires dans la pratique de la gymnastique holistique

« Ce petit matériel qui n’a rien d’accessoire »

Dans une salle où l’on pratique la gymnastique holistique, se rangent, au plus serré pour ne pas trop empiéter sur l’espace au sol, toutes sortes de paniers, corbeilles, sacs, bacs et boîtes qui contiennent les collections diverses et variées d’accessoires soigneusement réunis par la praticienne pour animer ses cours.

Parmi eux, les incontournables, qui ne sont pas l’apanage de la gymnastique holistique : coussins, briques en bois ou en liège, bottins et autres sangles qui permettent au pratiquant d’installer un placement juste et de faire les mouvements sans se perdre dans de fâcheuses compensations. Un support qui rehausse une tête et détend la nuque, une sangle qui prolonge un bras et permet de saisir son pied, un coussin qui s’interpose entre un tapis ferme et les abords douloureux d’un grand trochanter, deux ballons qui calent un bassin… et voici que des appuis aléatoires deviennent fiables, qu’un travail en force fait place à la fluidité, qu’un mouvement impossible devient réalisable.

Précieux outils donc, puisqu’il y va de la faisabilité de l’exercice. Encore faut-il les choisir judicieusement. C’est ce que s’applique à faire la praticienne pour chaque élève, car il ne saurait y avoir de gymnastique holistique sans pédagogie différenciée. Tout l’art consiste à trouver le bon matériel, aux bonnes dimensions, et de le placer au bon endroit, au bon moment, selon les besoins de chacun. On peut changer d’accessoire en cours de mouvement, ou l’écarter tout à fait ; on peut utiliser un accessoire différent pour le côté gauche et pour le côté droit, selon les tensions qui se révèlent ou la détente qui s’installe.

Cette adaptabilité permet à des personnes présentant des pathologies ou souffrant de douleurs chroniques de pratiquer la gymnastique holistique en cours collectifs, et de progresser à leur rythme sans être constamment confrontés à des situations d’échec. Trouver la hauteur adéquate du support à mettre sous la tête relève parfois du travail de dentellière en cas de cervicalgies. Mais si la position de départ est déjà source de douleur, de crispation ou d’appréhension, comment peut-on envisager de se mettre à bouger harmonieusement ?

Et si le matériel grâce auquel on ajuste son placement est modulable, il en va de même pour celui que l’on manipule pendant l’exercice. Bâtons sur lesquels on marche, rouleaux sur lesquels on s’allonge, balles que l’on fait rouler avec le genou, entre les pieds, du bout des doigts, peuvent être sélectionnés en fonction des capacités et du ressenti de l’élève. Les balles et ballons ont la part belle… en mousse, en caoutchouc, gonflables ou pas, rebondissants ou lestés, de la grosseur d’une mandarine, d’une orange ou d’un pamplemousse… on peut jouer de leur volume, de leur poids, de leur résistance, de leur élasticité. Chaque balle a ses qualités propres qui influent sur le mouvement lui-même, sur la force qu’on déploie pour le faire ou la délicatesse qu’on lui imprime, sur le sens de l’équilibre qu’il défie.

Cette grande diversité d’accessoires donne à la pratique un tour ludique qui l’allège et la stimule.

Elle contrebalance l’aspect rigoureux et précis du placement ostéo-articulaire sur lequel on s’appuie en gymnastique holistique. Elle introduit en contrepoint à la contrainte, un facteur d’imprévisibilité et de créativité.

Comment trouve-t-on ses appuis pour faire rouler avec légèreté sous son pied un ballon de baudruche, sans le faire grincer ? Comment mobiliser la tête avec tellement de finesse que la balle sur laquelle elle repose, ne s’échappe pas ? Comment s’organiser pour marcher l’air de rien, une baguette posée en équilibre sur le bout de son index ?

Ce côté ludique et joyeux est souvent accentué par le fait qu’on a recours à des objets détournés, surprenants, voire insolites : du matériel emprunté à d’autres disciplines (balles de squash, de tennis, de golf, ceintures de judo, boules de pétanque…) ; des matériaux glanés dans la nature (galets, marrons, bambous…) ; des ustensiles de la vie quotidienne (rouleaux à pâtisserie, bouteilles de champagne, bouchons en liège, manches à balai, pailles, élastiques…). Chaque forme, chaque texture nous fait vivre une expérience originale, nous oblige à utiliser notre corps différemment pour accomplir un même mouvement, nous renvoie de nouvelles informations sur l’état de nos muscles, de nos os, de notre peau, réveille notre sensibilité fine et notre proprioception.

C’est particulièrement flagrant lors des exercices d’automassage, où les rouleaux et les balles nous font prendre conscience de notre enveloppe, de la structure de notre squelette, de nos espaces intérieurs, et mettent en évidence nos tensions pour mieux les faire lâcher. Nous nous raidissons peut-être au premier contact quand nous plaçons par exemple une petite balle entre notre dos et le sol, juste entre la colonne vertébrale et l’une de nos omoplates. Mais petit à petit, nous nous détendons ; la respiration d’abord perturbée, redevient régulière ; le tonus musculaire s’adapte à la présence de la balle ; nous nous absorbons dans toutes les sensations qui viennent à notre conscience et qui évoluent au fil des secondes ; non seulement dans la zone en contact direct avec la balle mais dans tout le reste du corps.

Progressivement, le pratiquant en gymnastique holistique apprend à repérer le matériel qu’il préfère et celui qui lui convient à l’instant t ; quand il est judicieux de changer de balle, et quand il faut insister avec un accessoire qui semble résister. Il y a véritablement interaction, dialogue avec l’accessoire. Nous percevons la balle, et en retour, elle nous aide à nous percevoir. Comme l’a écrit Gerda Alexander, créatrice de l’Eutonie, « Tout ce que nous touchons nous touche »… dans tous les sens du terme, car il faut aussi tenir compte de la puissance évocatrice et symbolique des objets, que chaque élève investit d’une façon toute personnelle, selon son vécu, certains accessoires le sécurisant, d’autres l’intrigant, l’amusant, ou le maintenant sur le qui-vive. Autant de paramètres que la praticienne évalue sur le moment, au cas par cas.

Si beaucoup de techniques utilisent un matériel identique, l’usage qui en est fait, la place qui lui est accordée, la relation qui s’établit avec lui, varient considérablement d’une méthode à l’autre. En éducation somatique, et particulièrement en gymnastique holistique, les accessoires jouent un rôle essentiel, tant techniquement, c’est-à-dire par rapport à la réalisation du mouvement, que pédagogiquement, en rendant la pratique malléable et personnalisable.

Anne-France Bienassis.


Photo © Antonio Damasio Pessoa

Citation de Gerda Alexander extraite de « L’Eutonie, un chemin du développement personnel par le corps » Editions Tchou. 1976.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *